Publié par : Luc | 31 janvier 2014

Méfiez-vous des « marchands habiles »

Lors de la ruée vers l’or, vers 1850, des milliers de prospecteurs se rendaient dans l’Ouest pour trouver le filon qui les rendrait riches. Très peu le sont devenus.ruee_vers_lor

Les seuls ayant tiré vraiment leur épingle du jeu, ce sont les marchands de pelles et de pioches et de tout l’équipement dont les chercheurs d’or avaient besoin pour faire leur travail de prospection.

D’où l’expression qui en est restée en anglais : « To mine the minors », voulant dire, exploiter les mineurs ou les chercheurs d’or, en leur vendant un maximum de matériel, utile ou non à leur prospection.

Aujourd’hui, le marketing de réseau pourrait se comparer sous certains aspects à la ruée vers l’or : des milliers d’entreprises modernes offrant la possibilité à tout le monde de se créer des revenus sans limite, avec facilité.

Mais cette facilité n’est qu’apparente, comme pour le chercheur d’or.

Le fameux livre de développement personnel de Napoleon Hill, « Réfléchissez et devenez Riche », rapporte l’histoire vraie de ce chercheur d’or ayant vendu tous ses biens pour acheter sa concession et creuser sa mine.

Il commença à trouver de l’or, mais le filon s’interrompit assez vite. Il continua à chercher courageusement, mais après plusieurs mois de vaine recherche, et à bout de ressources, il décida de revendre sa mine pour une somme dérisoire au plus offrant.

Le nouveau propriétaire fit appel à un géologue.

Après avoir soigneusement étudié le terrain, ce dernier diagnostiqua que la veine devait se poursuivre logiquement quelques mètres plus à l’Est de l’endroit où l’ancien propriétaire avait abandonné ses recherches.

Le diagnostic du géologue s’avéra exact et le nouveau propriétaire fit fortune.

Un savoir-faire approprié appliqué au bon moment avait fait toute la différence.

Quelles conclusions pouvons-nous tirer de cette histoire pour le marketing de réseau ?

Quelques marchands habiles se sont mis à exploiter les mineurs qui se sont lancés dans le marketing de réseau sans savoir-faire et avec l’envie sincère de réussir.

Par exemple, ils leur font croire qu’ils trouveront leurs futurs associés sans effort et facilement en achetant des listes de contacts tous prêts à acquérir leurs produits et à démarrer dans leur affaire.

Ces marchands habiles laissent entendre que la différence entre « celui qui a réussi en marketing de réseau » et ceux qui ne réussissent pas, c’est la différence de taille entre leurs listes de contacts respectives.

Autrement dit, c’est soi-disant à cause de la petitesse de leur liste de contacts et de leur crainte de contacter que la plupart des gens échouent.

Et bien sûr, les marchands ont le remède absolu : LEUR liste, avec des milliers de contacts prêts à acheter ou à démarrer sans poser de questions…

La vérité est que cette promesse n’est qu’un mirage : les gens n’échouent jamais en marketing de réseau à cause de leur liste de contacts trop petite ou de leur peur de contacter.

Ils échouent simplement par manque de savoir-faire, comme le propriétaire malheureux ayant revendu sa mine au lieu de faire appel aux conseils d’un géologue.

Dès qu’ils sont correctement encadrés, les plus timides et les plus timorés des débutants en marketing de réseau se mettent rapidement à acquérir les bons savoir-faire et à progresser dans leurs résultats.

Car en fin de compte, les promoteurs des outils magiques ne font qu’une seule chose, consciemment ou non : tenter de s’enrichir sur le dos des nouveaux prospecteurs du marketing de réseau, qui échoueront de toute façon, avec ou sans leurs outils magiques, tant qu’ils n’auront pas appris les savoir-faire de base.

Et si vous n’êtes pas encore tout à fait convaincu de ce qui précède, je vous invite à réfléchir à ces deux questions :

  1. Croyez-vous VRAIMENT qu’il existe une recette pour s’enrichir facilement sans aucun effort ?
  2. Si vous disposiez d’un outil magique capable de vous enrichir à coup sûr, passeriez-vous votre temps à essayer de le vendre à tout le monde ?

En conclusion, si vous venez de vous lancer en marketing de réseau ou si vous envisagez de le faire, écartez-vous des marchands habiles qui vous promettent que ce sera facile, et recherchez une entreprise et des partenaires qui s’engagent à vous soutenir en vous enseignant les savoir-faire dont vous aurez besoin pour réussir dans le plus beau métier du monde.

Portez-vous bien,

Luc

Publicités

Tout le monde sait que la notion de « sécurité d’emploi » est devenue une chose du passé.

Même les entreprises réputées solides sont amenées à fermer,  et plus personne n’est à l’abri du licenciement.

Les conséquences directes de la perte d’emploi sont :

– une diminution importante de revenu et

– la nécessité de retrouver un emploi pour reconstituer le revenu.

Donc, pas d’emploi, pas de revenu (sauf quelques revenus temporaires de remplacement).

Est-ce une fatalité ? Pour beaucoup, hélas oui, pour quelques autres ayant gardé un esprit suffisamment ouvert, non !

Il existe en effet un moyen fiable (et aussi légal et éthique, cela va sans dire !) de se créer des revenus sans devoir passer par l’emploi.

Un livre de référence pour comprendre le modèle d'entreprise de réseau

Un livre de référence pour comprendre le modèle d’entreprise de réseau

Des centaines de firmes en France font appel à des réseauteurs/trices pour diffuser leurs produits sur le marché.

Ces firmes ne refusent jamais d’engager de nouvelles personnes, contrairement aux entreprises « traditionnelles ».

La plupart d’entre elles sont sérieuses et même souvent prospères.

Parfois, quelques-unes échouent aussi, mais les conséquences sont habituellement nettement moins lourdes pour leurs associés réseauteurs/trices.

En effet, ils peuvent se faire immédiatement ré-engager par toute autre firme de leur choix, et le savoir-faire acquis précédemment leur permettra de reconstruire rapidement avec la nouvelle firme leur revenu antérieur.

Mais alors, pourquoi n’est-ce pas plus connu ?

En fait, la plupart des gens connaissent déjà ce modèle économique basé sur la construction de réseau*, mais ils ont été conditionnés à croire qu’il s’agit d’un moyen illégitime de se créer des revenus.

Conditionnés par qui ?

Quelques recherches ont révélées que ce sont, entre autres, des lobbys de la grande distribution qui ont manoeuvré dans les années ’80 pour discréditer cette approche commerciale émergente, qu’ils percevaient (à juste titre) comme une menace pour leur hégémonie.

Il en est resté une peur ou une méfiance chronique de ce modèle d’affaire dans la conscience collective.

Est-ce une raison pour rester ignorant ou fermé toute sa vie à une vraie solution capable de mener n’importe quelle personne motivée à la sécurité financière ?

Chacun et chacune est libre de choisir !

Pour ma part, j’ai choisi la sécurité depuis longtemps 🙂

Sentez-vous bien,

Luc Griffet

* Assimilable à une Franchise Individuelle, appelé aux Etats-Unis « Marketing de Réseau »

Article "Pourquoi nous recommandons le marketing de réseau" par Trump et Kiyosaki

Article « Pourquoi nous recommandons le marketing de réseau » par Trump et Kiyosaki

Publié par : Luc | 15 juillet 2012

Histoire – Steve et Beth Morgan

Voici l’histoire de Steve et Beth Morgan qui ont utilisé le réseautage pour ré-équilibrer leurs Piliers.

Steve_Beth

Pour la Version audio, cliquer ici.

Aligner les finances, la famille et la foi

Steve et Beth Morgan forment un couple de la Génération Y du Michigan, et qui conduisent actuellement une organisation de Marketing de Réseau de plusieurs milliers de personnes. En dehors de la construction de leur affaire, ils adorent être des parents au foyer et s’occuper de leurs trois jeunes enfants.

La vie que Steve et Beth ont créée leur était inconcevable il y a un peu plus de neuf ans lorsqu’ils ont démarré leur affaire tout en vivant toujours chez leurs parents. Ils n’avaient aucune idée de comment créer le type de prospérité qui leur permettrait d’abandonner leurs jobs sans avenir et de créer une liberté financière.

Bien que la découverte du marketing de réseau par le couple fut un heureux hasard, ils ont vite compris que construire une affaire à domicile était la clé d’un futur prospère pour tous les deux. Le développement personnel qui vint en prime a permis à Steve et Beth de renforcer leur caractère, leurs relations, leur famille et leur foi. A l’origine une réponse à leurs prières, l’affaire continue aujourd’hui à les récompenser avec tout ce dont ils ont besoin pour soutenir leur famille et leur équipe en croissance, et d’être une force positive dans le monde.

Le démarrage

En 2001, Steve et Beth étaient des fiancés de 21 ans impatients de s’engager dans la vie adulte et le mariage. Ils gagnaient tous les deux un maigre salaire, Steve comme apprenti électricien et Beth comme réceptionniste dans une firme d’ingénieurs. Bien qu’ils avaient envie tous les deux d’avoir des enfants, ils savaient que de vivre de salaire en salaire n’était pas propice à créer le style de vie qu’ils désiraient pour leur famille.

Steve envisageait d’aller à l’université et évaluait d’autres formules d’affaire, telles qu’investir dans des immeubles pour la location, mais aucune option ne semblait décisive ou le rendait confiant que cela marcherait. Tout cela changea lors d’une soirée fortuite où Steve et Beth assistèrent à une présentation au domicile d’un vieil ami d’école de Steve.

« Je pense qu’il avait besoin de remplir deux sièges cette soirée-là », dit Steve. Peu importe pourquoi ils furent invités, ce que le couple entendit ce soir-là était la réponse claire à ce pourquoi ils avaient prié. « Nous n’avions aucune idée de ce qu’était le marketing de réseau », dit Steve. « Des membres de notre famille nous avaient mis en garde en nous disant que ce type d’affaire était dangereux, mais nous pensions que les planètes étaient alignées ce soir-là. »

Steve et Beth reconnurent immédiatement le marketing de réseau comme l’opportunité de gagner plus d’argent, quitter leur travail respectif et créer la vie de famille dont ils avaient toujours rêvé.

« Nous avons vu beaucoup de nos amis traverser les mêmes batailles financières que nous, » dit Steve. « il est clair pour nous que faire ce que tout le monde faisait ne marcherait pas, donc nous avons décidé d’essayer ce nouveau métier. »

Steve et Beth furent tellement excités par ce qu’ils entendirent ce soir là qu’ils écoutèrent leur premier programme de formation dans la voiture, sur le chemin du retour. Leur enthousiasme fut cependant écrasé soudainement deux semaines plus tard quand les tours du « World Trade Center » à New York furent attaquées le 11 septembre. Le couple craignait que les Etats-Unis entrent en guerre et que Steve ne soit appelé comme soldat.

« Nous pensions que nous avions finalement trouvé la réponse à tous nos problèmes », se rappelle Steve, « et lorsque le 11 septembre se produisit, nous avions peur que l’opportunité ne disparaisse aussi vite qu’elle n’était apparue. »

Lorsqu’il fut clair qu’il n’en serait rien, le couple retrouva son enthousiasme et se sentit prêt à démarrer leur affaire. Bien qu’excités par l’affaire, ils n’étaient pas entièrement certain de comment procéder. Ils commençèrent à assister consciencieusement aux réunions du mardi soir et tous les autres événements organisés par leur équipe.

« Nous n’étions pas aussi actifs que ce que nous aurions dû être dans nos contacts et nos présentations » dit Beth, « mais nous nous sommes familiarisés avec l’affaire tout en apprenant, car nous avons découvert que nous pouvions réellement faire confiance aux gens avec qui nous travaillions. »

Après quelques mois de croissance lente, le couple réalisa que leurs leaders Aron Radosa et Kirk Birtles, ainsi que leur upline Chris Brady et Orrin Woodward, étaient sincèrement dédiés à les aider dans leur réussite. La force de ce soutien inspira Steve et Beth à commencer à traiter le marketing de réseau comme une affaire sérieuse plus tôt que comme un hobby à temps partiel.

Gagnant de la traction

Bien que le couple avait compris que le recrutement actif était vital à la croissance de leur affaire, cette tâche les intimidait.

Nous étions un jeune couple d’une petite ville, » dit Steve. « Nous ressentions un manque de crédibilité, et cela nous rendait nerveux. Beaucoup de mes amis avait une impression négative sur le marketing de réseau et refusait de venir voir. Je ne pouvais pas comprendre pourquoi les autres n’étaient pas aussi excités que nous à propos de cette possibilité de diriger leur propre vie. »

Steve et Beth avaient du mal à inviter d’autres gens à leurs présentations à domicile, ce qui entraîna plusieurs soirées où les seules personnes présentes à leur réunion étaient Aron et Kirk.

« Nous n’étions pas des étoiles qui brillent au début » dit Beth. « Nous n’avions même pas acheté de produits avant les cinq premiers mois dans l’affaire. » Malgré tout, leurs leaders reconnus le potentiel du couple et continua à les conseiller et à les encourager.

Après six mois de croissance lente, le sens commun de compétition du couple les conduisit à plus d’action.

« Le marketing de réseau est un sport d’équipe avec chacun dirigé vers les mêmes objectifs », dit Steve, « mais uniquement ceux qui créent des résultats sont reconnus aux formations. En réalisant que nous n’étions pas reconnus, j’en vîns à vouloir atteindre de nouveaux niveaux dans l’activité. »

Motivé par ce nouvel objectif, le couple commença à utiliser des méthodes différentes pour développer leur affaire, des méthodes que leur avait apprises leur upline.

« L’une des choses les plus importantes que nous avons commencé à faire était de  contacter vers le haut  », dit Beth. « Orrin nous avait enseigné à prendre en compte notre revenu et nos cercles relationnels, et de contacter les gens qui était en avance par rapport à nous. Au lieu de prospecter nos semblables, nous avons commencer à entrer en contact avec leurs parents et avec les collègues de ma firme d’ingénieurs. »

Steve et Beth ont aussi assimilé un concept appelé « go-getter » dans leur organisation.

« Le terme désigne quiconque désirant réellement réussir dans cette affaire et montrer quinze plans par mois, » dit Steve. « Après avoir fait cela pendant un mois, nous ne sommes plus jamais redescendu sous le niveau de « go-getter ». Cette méthode nous a conduit à la reconnaissance que nous désirions, et cela a nourri notre envie de créer encore plus de réussite. »

Steve et Beth pouvait sentir le momentum se construire.

« Nous travaillions réellement comme une équipe pour nous soutenir les uns les autres », se rappelle Beth. « Au début, nous avons utilisé notre liste de contacts, et une fois que nous étions en route, nous travaillions avec les noms des listes de nos recrues. Nous les aidions à montrer le plan, et cela comptait parmi nos quinze. C’est incroyable l’effet boule de neige qui s’est produit à partir de là. »

« Au début, » ajoute Steve, « nous nous sentions maladroits à nous asseoir avec nos nouvelles recrues et à les aider à faire leur liste de contacts. Bien que notre upline nous avait enseigner à faire cela, nous évitions fréquemment cette étape. Nous avons vite compris que c’était une erreur, que si nous n’aidions pas nos gens à le faire, ils ne le feraient pas par eux-mêmes. »

Cette expérience apprise aida Steve et Beth à comprendre un principe de leadership qu’ils avaient appris d’Aron et Kirk, et que Steve décrit comme suit :

« préparer une recrue à la réussite c’est comme au football, courir 99 yards avec la balle et ensuite faire la passe à la nouvelle personne pour qu’elle marque l’essai. Nos leaders ont fait cela pour nous. En fin de compte, j’ai compris que je faisais du mal à mon équipe si je ne préparais pas les recrues à la réussite en les aidant à faire leur liste. »

La Grâce remplace la Loi

Après un an dans l’affaire, le revenu du couple grandissait et ils avaient fait d’importants progrès dans leur style de leadership. Ils aspiraient tous les deux à quitter leur emploi et à gagner plus de reconnaissance au sein de leur compagnie, mais lorsque l’occasion d’atteindre les échelons plus élevés de leur organisation se présenta, ils laissèrent passer leur chance.

« Aron m’avait appeler pour me demander si nous voulions atteindre une position plus élevée que notre équipe appelle « power player », se rappelle Steve. « Il recherchait un couple qu’il pourrait aider à atteindre cette position, et il nous demanda si nous étions ce couple. J’avais peur d’être à un pas d’être fauché, donc j’avais vraiment peur de mettre tous mes œufs dans le même panier. Je ne croyais pas entièrement à ce qui était possible. »

Steve dit à Aron qu’il allait rappeler avec une réponse et parla à Beth.

« Aron veut que nous fassions ceci », dit-il, « mais je ne crois pas que nous sommes déjà ce couple. »

Beth acquiesça, Steve appela Aron et dit, « J’espère que tu ne penseras pas en mal de nous, mais nous ne sommes pas encore prêts pour ce type d’opportunité. »

Aron dit à Steve de ne pas s’en faire et qu’il serait là pour les aider dès qu’ils seraient prêt à atteindre ce niveau.

« Recevoir un tel support dénué de pression était une telle bénédiction », dit Steve. « Il ne me culpabilisa jamais ni ne me poussa au-delà de mes limites. »

Peu de temps après, le couple assista à une grande convention et réalisa qu’ils avaient fait une erreur.

« Je marchai jusqu’à l’espace VIP à l’avant de la salle » se rappelle Steve. « Deux couples qui avaient saisi l’opportunité et que nous avions croisés étaient assis là. Juste entre les deux couples se trouvaient deux sièges vides, et nous pensions que c’est Dieu qui les avaient réservés pour nous. Nous les avons pris en photo et nous les avons régulièrement contemplé. Nous savions que nous devions être là, mais que ces sièges étaient vides car nous n’avions pas eu le courage de dire oui. »

Cette expérience affecta profondément Steve et Beth et leur fournit un aide-mémoire important pour ce qu’ils voulaient réaliser.

« Je me rappelais étant assis à cette convention et pensant que si je n’atteignais pas le niveau de « power-player », ce serait le plus grand regret que je n’aurais jamais eu » dit Steve. « Je savais que j’avais donné beaucoup plus d’attention à ma formation d’électricien, même si cet emploi ne me donnerait jamais rien qui approcherait ce que pouvait me donner le marketing de réseau. A ce moment, ma confiance dans les leaders avait grandi tellement que je décidai que je devais les croire lorsqu’ils disaient qu’ils allaient m’aider à gagner. »

Le mauvais souvenir de cette opportunité manquée inspira Steve et Beth à faire passer leur affaire à la vitesse supérieure. Ils planifièrent à nouveau leur mariage car la date initiale coïncidait avec la prochaine convention. Ils travaillèrent dur les mois suivants et atteignirent le niveau de « power-player » une semaine avant leur mariage.

Lorsqu’ils avaient démarré dans l’affaire, Steve et Beth craignaient d’être forcé de faire des choses qu’ils n’auraient pas voulu faire. Ils avaient entendu parler de réseauteurs qui pressaient et qui manipulaient les gens, mais Aron, Kirk, Orrin et Chris apparurent comme l’antithèse de ce stéréotype. Au lieu de cela, leur style de leadership, une patiente guidance, apporta à Steve et Beth le soutien, des encouragements sincères et la liberté de grandir à leur propre rythme.

« Nous appelons ceci «  la Grâce remplaçant la Loi » dit Steve. « c’est un principe biblique qui dit que nous devons donner aux gens la liberté de décider de ce qu’ils veulent faire et de choisir le rythme auquel ils veulent grandir. En pratique, cela revient à ne pas corriger ou sur-manager les gens, mais au contraire de les aimer et de les encourager quand ils en ont besoin, tout en leur donnant la liberté d’avancer à leur propre rythme. C’est exactement ce que nos leaders ont fait avec nous. »

Ce principe de la « grâce remplaçant la loi » a permis à Steve et Beth de faire des erreurs et de laisser ces expériences catalyser leur désir de réussite.

« Lorsqu’un oiseau prend son envol, cela prend beaucoup d’effort » dit Steve, « mais une fois qu’il atteint le jet stream, il peut monter en flèche. Nous avons mis du temps à décoller, mais nos leaders ont été patients. Les premiers six mois d’affaire, nous faisions « banquette », mais ils ne nous ont pas poussé en bas du banc. Aujourd’hui nous encourageons notre équipe avec amour et de la même façon, sachant qu’ils sortiront des gradins quand le temps sera venu pour eux, et pas à notre temps. »

Des Tortues sur un Piquet de Clôture

Les nouveaux mariés travaillèrent durs les deux années suivantes, jusqu’à ce qu’ils furent en mesure de quitter leurs emplois, juste après leur deuxième anniversaire de mariage. Ils profitèrent de leur nouveau temps libre et de leur liberté financière, mais réalisèrent bientôt que ces nouvelles libertés venaient avec de nouveaux défis.

« Lorsque j’ai quitté mon emploi » dit Steve, « mes leaders m’ont prévenu que l’un des pêchés capitaux qu’une personne dans cette affaire peut faire est de ne pas se fixer le but suivant. Ils dirent que sans un nouvel objectif, je finirais exactement où j’avais commencé. Je pensais que cette règle ne s’appliquait pas à moi. »

« Nous avons bu profondément à la coupe de la vie au lieu de la coupe professionnelle. Nous nous étions endormi et nous faisions ce que nous avions envie. Nous pensions que nous gagnions assez d’argent que pour simplement s’amuser. »

« Notre affaire a commencé à souffrir de notre manque de concentration jusqu’à ce que nous réalisions qu’il était temps de corriger le tir. »

Finalement, cette expérience a remis en place les objectifs à long terme du couple en termes de prospérité et de vie familiale.

« Vous pouvez soit payer le prix pour jouer plus tard, ou jouer maintenant et payer le prix plus tard » dit Beth. « Nous voulions créer un style de vie avec nos enfants, donc nous voulions payer le prix maintenant. »

« Nous étions arrivés à un carrefour où il était clair que notre équipe avait besoin que nous les guidions », dit Beth. « Nous avions la responsabilité d’être à la hauteur. »

Steve et Beth comprirent que remplir ce devoir exigeait d’eux de se développer davantage professionnellement et personnellement. Ils s’engagèrent à lire des livres pour faire grandir les compétences de leurs gens et d’écouter des programmes audios pour booster leur confiance.

« Tout couteau aiguisé est d’abord émoussé » dit Steve, « donc nous avons commencé à aiguiser nos couteaux. Quelques livres qui nous ont beaucoup aidés sont La Magie de Voir Grand de David Schwartz et Développez votre Confiance et Votre Puissance avec les Gens  de Leslie Gibblin. Personnalité Plus de Florence Littauer a aussi contribué à nous ouvrir les yeux. »

« Lorsque nous avons fait le test de personnalité de Littauer, un tout nouveau monde s’est ouvert à nous » dit Steve. « Nous avions été totalement aveugle au fait qu’il existait différents types de personnalité. Beth pris mon test de personnalité pour moi car elle pensait qu’elle pouvait donner des réponses plus objectives. Lorsqu’elle eut fini, j’étais excité de découvrir de quel type de personnalité j’étais. Elle dit « c’est officiel, tu es un sale type ! »

« Je lui dis que je ne croyais pas que cela faisait partie des options, mais je savais que, en ce temps là, c’était ce que j’étais. Comme électricien, j’avais développé une attitude défensive en compensation d’un environnement dur. Les livres m’aidèrent à comprendre cela à propos de moi-même et à réaliser que mes contours rudes ne fonctionneraient pas dans une affaire de gens. »

Le développement personnel de Steve et Beth ne les conduisit pas seulement à un plus grand succès professionnel, il améliora aussi leurs relations, un effet secondaire qu’ils apprécient tous les deux.

« Si j’ai une difficulté ou si j’ai besoin d’un conseil dans mon affaire, je peux toujours trouver d’autres gens qui sont plus avancés que moi et leur demander comment ils ont fait », dit Steve. « Vous ne pouvez pas demander ce type de conseil dans la plupart des professions, car là vous êtes en compétition. C’est ce que j’aime dans le marketing de réseau : vous êtes réellement posés sur les épaules de géants. »

« Beth et moi nous nous sentons comme des tortues sur un piquet de clôture. Lorsque vous voyez une tortue sur un piquet de clôture, vous savez qu’elle n’est pas arrivée là par elle-même. Notre but aujourd’hui est d’élever d’autres personnes à la même position. »

Famille et Foi

Le marketing de réseau a permis à Steve et Beth d’apprendre des choses sur eux-mêmes, et comment travailler en équipe. Bien que ce processus n’a pas toujours été facile, travailler à un but commun les a gardés motivés et dans les rails.

« Nos parents et nos grand-parents ont également été d’une importance critique dans la réussite de notre affaire » dit Beth. « Ils ont été positifs, nous ont encouragés et soutenus. Même aujourd’hui, ils continuent à nous aider en gardant les enfants de sorte que nous puissions sortir pour aller aider la personne suivante qui va voir sa vie se transformer grâce au marketing de réseau. »

Aujourd’hui, Beth vit son rêve de toujours d’être une maman à domicile et d’enseigner à ses enfants à la maison.

« J’apprécie un revenu qui n’exige pas de moi d’échanger mon temps pour l’avoir » dit-elle. « Au lieu d’avoir à porter des seaux, nous avons construit un pipeline qui nous fournit un flot continu d’argent. Ceci me permet d’être à la maison avec les enfants tous les jours sans devoir me battre financièrement. »

« Steve et moi sentons que nous sommes tous les deux des partenaires d’affaire à cent pourcents et des parents à cent pourcents, mais nous ne pouvons donner tout notre temps aux deux. Pour que les choses fonctionnent, je prends le rôle majeur de m’occuper des enfants, et Steve me rejoint à mi-chemin. Il prend le rôle majeur dans l’affaire, et je le rejoins à mi-chemin là. En partageant nos responsabilités nous créons un équilibre dans notre vie. »

Avec l’intention d’être un exemple positif pour leurs enfants en partageant les responsabilités, le couple leur enseigne aussi la notion de « gratification retardée » et la planification financière. Comme Steve le dit, « nous voulons qu’ils apprennent que Dieu ne te donnera pas beaucoup si tu ne peux pas t’occuper d’un peu. »

Steve et Beth ont fait du chemin en neuf ans, financièrement et aussi au niveau développement. Ils croient que le marketing de réseau devient une option de plus en plus viable pour les jeunes, particulièrement en ces temps de chômage élevé et de circonstances économiques difficiles.

« Plus de gens commencent à se tourner vers le marketing de réseau », dit Beth, « car c’est plus stable : l’affaire ne dépend que de la personne qui la dirige. »

« Il y a beaucoup de frustration parmi les gens de notre âge » dit Steve. « Beaucoup ont été à l’école, ont rejoint la force de travail, ont été licencié et se retrouvent sans rien malgré qu’ils ont fait tout ce qu’on leur avait dit de faire. Notre génération est en train de réaliser que les savoir-faire en matière de personnalité et de gens sont aussi importants que la capacité de passer un examen. Ils comprennent que posséder une affaire est une meilleure option, et le marketing de réseau rend cela parfaitement faisable. »

Après avoir démarré comme les « réservistes » de leur équipe, Steve et Beth sont aujourd’hui des exemples brillants de ce qui est possible. Le couple n’attribue pas leurs réalisations à leur seul dur labeur, mais aussi à leur foi profonde, que leur upline les encourage à cultiver en offrant des services à des événements d’équipe et des opportunités de bienfaisance.

Steve et Beth adorent présenter à des événements d’équipe à travers les USA, au Canada et à Porto Rico, et leur sujet favori est surmonter les obstacles.

Beaucoup de gens pensent qu’ils sont les seuls à rencontrer des obstacles et à devoir se battre » dit Steve. « J’aime leur dire que les obstacles les bonifient, et que nous sommes tous conçus pour les surmonter. »

Publié par : Luc | 12 juillet 2012

Construire un Réseau

Profession : Réseauteur, Réseautrice.

Un métier moderne qui ne s’apprend pas (encore) à l’école, et qui est pourtant en train de prendre un essor considérable, pour de bonnes raisons.

Tout le monde sait que la période actuelle crée de nombreux défis pour les gens. La plupart d’entre eux ne veulent plus se contenter d’un travail purement alimentaire. Quelques personnes ont trouvé un moyen très efficace d’intégrer vie privée et vie professionnelle.

Profession Réseauteur

Il y a un vieil adage qui dit « les gens les plus prospères construisent des réseaux, les autres cherchent du travail. »

Et de fait, tout le monde se plaint aujourd’hui de l’excès de stress engendré au travail. Il faut travailler de plus en plus pour garder son salaire et ses avantages parfois durement acquis. Et s’il existait une porte de sortie ?

Il y a deux types de personnes dans le monde aujourd’hui : les personnes qui croient à cette porte de sortie et qui la trouvent, et celles qui n’y croient pas et qui ne la trouvent pas. Dans quelle catégorie choisissez-vous d’être ?

Car il s’agit bien d’un choix : Henry Ford, le père de l’industrie automobile moderne,  n’a-t-il pas déclaré : « que vous y croyez ou non, dans les deux cas vous aurez raison. »

Ce site est exclusivement destiné aux personnes qui choisissent de croire. Pourquoi ? Car elles le méritent bien !

Cordialement,

Françoise et Luc Griffet

Publié par : Luc | 24 mars 2012

Lettre aux Femmes … en quête d’autonomie

Bonjour,

Combien de femmes sont en recherche d’indépendance et d’une meilleure qualité de vie pour elle et leur famille?

La plupart des femmes actives veulent aujourd’hui :

– préserver leur beauté, leur jeunesse et leur vitalité
– diminuer le stress et l’anxiété
– équilibrer leurs vies professionnelle et familiale
– être financièrement indépendantes

Quelques-unes ont trouvé un moyen moderne pour réaliser tout cela et bien plus encore.

J’ai l’espoir que la lecture du parcours inspirant d’une femme kényane admirable vous donnera envie de découvrir vous aussi ce moyen. Voici donc l’histoire d’Asha Krishnan.

 

Vivez une belle journée,

Françoise

Catégories